Conduite à tenir après une entorse du genou.

Page revue le 23 novembre 2018

Préambule :

Une entorse du genou entraîne un éventuel craquement mais surtout une douleur aigue, un gonflement du genou (tout de suite ou retardé) et une impotence fonctionnelle plus ou moins marquée qui nécessitent glaçage et médicaments. Les jours suivants ne sont pas plus faciles mais les choses se calment au bout de quelques jours.

La rupture isolée du ligament croisé antérieur ne s'opère pas dans la phase aigüe ++. Un délai de trois à six semaines est généralement respecté même si le patient est très pressé de régler le problème : les meilleurs résultats de la chirurgie sont obtenus lorsque l'intervention a lieu sur un genou indolore et bien mobile .

Le ligament rompu n'est pas la cause de vos douleurs (sauf au moment de l'accident) ou de votre boiterie éventuelle . Ce qui vous gène, c'est la perte de la fonction globale de votre genou dans les suites de votre entorse, liée au gonflement du genou et à la perte de la force de votre quadriceps liée à l'entorse.

Continuer à boiter, ne pas traiter vos douleurs, ne font qu'aggraver votre handicap fonctionnel et donc vos douleurs, etc.

Au moment de l'accident

Retour au menu Ligament

Souvent, le médecin des urgences vous a demandé d'immobiliser votre genou en portant une genouillère bloquant le genou en légère flexion ou même une attelle prenant la totalité du membre inférieur.

La plupart du temps, cette attelle ne sert qu'à gérer "l'urgence". Il est donc intéressant de consulter rapidement un médecin du sport ou un chirurgien orthopédiste pour vérifier si cette attelle est indispensable après quelques jours.

L'immobilisation du genou entraîne une perte de volume du muscle de votre cuisse (amyotrophie du quadriceps), un risque de phlébite (qui nécessite un traitement préventif par anticoagulant), un risque de raideur (perte de la flexion et perte de l'extension), etc.

Dans la mesure du possible, il vaut mieux, à la place de l'attelle, commencer rapidement une auto-rééducation efficace et sans danger, et en particulier, marcher le genou raide en verrouillant le genou par la contraction du quadriceps +++.

Notez qu'il est inutile d'attendre d'avoir fait l'IRM pour voir ce médecin spécialisé. Il va rechercher:

  • l'absence de blocage (par une lésion méniscale) et
  • l'absence de lésion associée telle que la rupture partielle du ligament interne (fréquente mais sans gravité) qui nécessite le port d'une genouillère articulée, ne bloquant pas le genou, pendant six semaines
  • une atteinte du plan ligamentaire externe (plus grave mais heureusement beaucoup plus rare) qui nécessiterait une prise en charge rapide par un chirurgien orthopédiste; en cas de doute sur cette atteinte externe, il vous demandera de faire une IRM rapidement +++.

 

En pratique, il s'agit le plus souvent d'une rupture isolée du ligament croisé antérieur avec éventuellement des lésions méniscales associées ne nécessitant pas de traitement urgent.

 

==> Si vous désirez des informations sur les lésions ligamentaires associées, vous pouvez cliquer sur les mots suivants : ligament interne, ligament externe, blocage méniscal.

 

==> Si vous êtes "très très" jeune, (12 -18 ans), il est plus simple de garder votre attelle tout en commencant votre rééducation . Il vaut mieux vous protéger. Prudence ! Vous risquez beaucoup moins de voir votre genou s'enraidir à votre âge.

Retour au menu Ligament

 

En général, un médecin vous a prescrit des séances de rééducation. Il est logique de les faire. Les idées exprimées ci-dessous le sont dans le but de vous faire participer activement à votre rééducation . Ces exercices simples, que vous ferez d'ailleurs chez votre kiné, ont l'avantage de pouvoir être pratiqués toute la journée, si vous le désirez .

 

Phase 1 : Retrouver une vie quotidienne normale

C'est-à-dire obtenir un genou dégonflé, indolore ou presque, ayant une mobilité correcte (extension à 0° et flexion de 130°) et une marche permettant une vie quotidienne normale (reprise du travail).

Notez que la descente normale des escaliers est l'objectif le plus difficile après un traumatisme du genou. Il faudra vous protéger en descendant "marche par marche" mais cela ne vous empêche pas de reprendre une vie quasi normale entretemps.

Le traitement des douleurs est indispensable pour retrouver un genou efficace rapidement. Ces douleurs ne doivent pas vous empêcher de faire vos exercices. Si le traitement prescrit ne suffit pas, voyez votre médecin généraliste pour modifier votre traitement. N'attendez pas la consultation "spécialisée" ou l'irm pour obtenir des médicaments.

Cette première phase peut ne durer qu'une quinzaine de jours s'il s'agit d'une lésion isolée du ligament croisé antérieur.

 

Lors de la consultation, je vous ai montré comment reprendre le contrôle de votre genou,

Retour au menu Ligament

 

Phase 2 : retrouver une "bonne forme physique"

  • Dès que vous vous en sentez capable (il faut au moins pouvoir marcher correctement « genou tendu sans béquilles »), vous pouvez aller à la piscine (municipale ou autre) : marcher dans l’eau (petit bain !) et, en utilisant si possible une « frite » que vous glissez sous vos bras, vous pouvez faire des battements de jambe sur le dos et des mouvements de pédalage (pédalo),.
  • Bien sûr, vous faites ces exercices « petit à petit » en fonction de votre genou.
  • Avant de sortir de l’eau +++, il faut verrouiller votre genou et marcher « tendu » dans le bassin, remonter l'échelle, marche par marche. Votre quadriceps, que vous avez beaucoup « travaillé » dans l'eau, pourrait lâcher si vous ne lui prêtez pas attention… donc contractez le, verrouillez votre genou !
  • Après quelques séances de piscine, vous remplacerez la frite par une planche pour faire une longueur puis deux, etc.

Phase 3 : kinésithérapie pour tester le genou

  • Après avoir retrouvé une vie quotidienne normale et une certaine dynamique grâce à la piscine (ou vélo, si vous y êtes «allergique»), il est temps d’aller chez un kinésithérapeute pour travailler vos appuis, tester le genou (plateau sur une boule, pas chassés, trampoline).
  • Le rôle de votre kinésithérapeute est ici primordial car il vous sera difficile de faire seul des exercices mettant en jeu votre stabilité dans les suites de l'entorse. Il (elle) pourra vous indiquer les exercices et vous aider à "dépasser" votre inquiétude, bien naturelle.
  • La kinésithérapie doit rester indolore : si votre ressentez des douleurs ou si votre genou gonfle, il vaut mieux faire une pause, traiter douleurs et gonflement (glacage, médicaments) avant de reprendre les séances.
  • Il est logique de téléphoner à votre médecin ou chirurgien pour le tenir au courant au fur et à mesure si vous rencontrez des difficultés sans attendre la prochaine consultation.

 

Docteur J.E. Perraudin

 

Auto-rééducation après entorse

Retour au menu Ligament