Technique de la prothèse du genou

Page revue le 22 juin 2020

Ces pages vous aideront à comprendre comment se pose une prothèse de genou : vous verrez ce qui est important pour la réussite de l'opération, les objectifs du chirurgien, les outils à la disposition du chirurgien, le déroulement de l'intervention, et ce que je fais, les outils que j'utilise.

La durée de l'opération

L'opération elle-même dure environ 1h-1h30. Vous resterez ensuite en salle de réveil pendant 2 heures environ. Une radio post-opératoire est faite et contrôlée par le chirurgien.

Les objectifs techniques de la pose d'une PTG

L'objectif du chirurgien pendant cette opération est d'obtenir avec la pose des pièces de la prothèse, un genou mobile, stable et axé.

Le déroulement de l'intervention

Le chirurgien, ses aides, sont habillés stérilement après lavage des mains avec eau et bétadine (par exemple) puis avec le gel hydro-alcoolique.

Vous pouvez lire cette page décrivant les différents temps de la pose d'une prothèse du genou.

Ce qui peut changer en fonction du genou opéré.

En fonction de l'état ligamentaire, de la densité osseuse, de la présence de douleurs rotuliennes pré-opératoire, le chirurgien peut utiliser des variantes techniques : prothèse cimentée ou non, avec ou sans médaillon rotulien, pose d'un insert mobile ou fixe.

Comment pose-t'on une prothèse du genou ? Les outils

Nous avons vu les objectifs du chirurgien. Pour les réaliser, une stratégie précise est mise au point pour chaque genou en fonction du degré d'usure, de la déformation et de la mobilité du genou. En pratique, le chirurgien va faire des coupes osseuses pour poser les pièces, certes, mais pour que le résultat final satisfasse les objectifs prévus. Le résultat chirurgical sera en grande partie lié à l'orientation et à la précision de ces coupes.

Heureusement, pour poser la prothèse, le chirurgien dispose d'un matériel "ancillaire" : tiges pour repérer l'axe du tibia et du fémur, pieces métalliques se fixant sur ces axes, permettant de faire les coupes osseuses selon le bon angle,...

Cet ancillaire de base, stérile, est toujours à la disposition du chirurgien, même s'il utilise d'autres outils pour poser la prothèse.

Ce que je fais habituellement

En pratique, je pose la prothèse totale First (photo) du laboratoire suisse Symbios : il s'agit d'une prothèse à glissement, avec un insert en poly-éthylène, fixe ou mobile et qui ne conserve pas les ligaments croisés.

Je la pose habituellement sans ciment, avec un insert fixe et sans mettre de médaillon sur la rotule. J'utilise des guides de coupe sur mesure pour chaque prothèse (ce qui ne coûte rien au patient opéré).

prothèse de genou

Dr. J.E. Perraudin

Retourner en haut