docteur perraudin

Douleur post-opératoire

Mise à jour le 25 novembre 2018

La douleur post-opératoire est ce qui nous inquiète le plus lorsque nous pensons à une intervention. Il faut savoir qu'aujourd'hui, la prise en charge de la douleur est considérée comme fondamentale par l'équipe de praticiens et d'infirmières.

Soulager la douleur, c'est d'abord prévoir (savoir ce qui fait mal, pendant combien de temps, à quel moment et comment le prévenir), c'est aussi évaluer (la douleur évolue avec le temps et n'est pas identique pour tout le monde dans les mêmes circonstances...), c'est écouter votre ressenti personnel et adapter le traitement à votre cas (extrait du livret à propos de la douleur qui vous sera remis lors de votre hospitalisation ou lors de la consultation avec l'anesthésiste).

Il faut nous dire ce que vous ressentez : les moyens de prévenir et de traiter la douleur sont nombreux et variés.

La consultation d'anesthésie est un temps fort pour trouver des réponses aux questions que vous vous posez sur la douleur.

La prise en charge de la douleur commence pendant l'intervention avant votre réveil. Dès que vous vous réveillez, les infirmières de salle de réveil vous demanderont si vous avez mal et "combien": le traitement est adapté à votre ressenti.

Ce traitement de la douleur sera continué le temps nécessaire pour vous permettre de mener à bien votre rééducation; votre travail personnel de rééducation est fondamental et la douleur doit nous être signalée si elle vous empêche de faire correctement les exercices demandés.

Votre kiné (et moi-même!) prendra le temps de vous expliquer ces exercices . Ils associent des périodes de contrôle ( les contractions du quadriceps) et des périodes de "lacher prise" ( travail de la flexion passive).

L'inconvénient de la chirurgie du genou est qu'elle touche une articulation sur laquelle vous vous appuyez pour marcher mais cela vous donne la possibilité de participer activement à votre amélioration grâce aux exercices que vous pouvez faire ( imaginez une fracture immobilisée dans un plâtre; ce ne sera pas pareil).

Cette participation active de votre part et une bonne gestion du traitement de la douleur vous permettront de vous améliorer de jour en jour.

Une fois rentré(e) à la maison,

  • attention à ne pas subitement en faire trop, ce qui risque d'entrainer douleur et gonflement;
    • la reprise de la glace, des antalgiques et des anti-inflammatoires pendant un, deux ou trois jours vous permettront de reprendre vos exercices (les mêmes!) et de retrouver votre niveau d'avant.
  • continuer systématiquement le traitement de la douleur au début; puis adaptez le.

J'en profite pour vous rappeler que vous devez me tenir au courant AU FUR ET A MESURE de tous les soucis que vous rencontrez ....ceci vous permettra non seulement d'être rassuré mais aussi de dépister un début de complication.

Docteur J.E. Perraudin

Retour au Menu prothèse

Retour au Menu ligament

Plan du site