Prothèse de genou : la plupart des patients satisfaits

Page revue le 25 août 2019

La qualité actuelle des résultats des prothèses du genou est dûe à l'avènement des prothèses unicompartimentales et des prothèses à glissement, utilisées maintenant depuis plus de 25 ans, ainsi qu'àune meilleure connaissance de la physiologie de l'articulation du genou. Les résultats des prothèses du genou ont maintenant atteint ceux des prothèses de hanche qui constituent une véritable référence.

Les résultats fonctionnels sont excellents dans 90% des cas : ils se jugent sur les douleurs, la mobilité du genou et la possibilité d'utilisation du genou, en particulier pour la marche.

Le but premier d'une prothèse est en effet de soulager la douleur, c'est la raison habituelle de la décision de l'opération. Dans 60% des cas on obtient une disparition complète des douleurs, dans 30% elles existent, mais de façon épisodique, souvent aux changements de temps, modérées, ne nécessitant aucun traitement antalgique. Enfin dans 10% des cas les douleurs sont un peu plus importantes, pouvant justifier de temps en temps un traitement médical, mais sans qu'il n'existe d'anomalies au niveau de la prothèse.

Si la prothèse du genou soulage, elle permet aussi de récupérer une bonne mobilité du genou : les différentes publications montrent une récupération d'une flexion moyenne de l'ordre de 120, ce chiffre étant un peu supérieur pour les prothèses unicompartimentales.

Soulagement des douleurs et récupération d'une bonne mobilité permettent la reprise d'une marche pratiquement normale, sans cannes, avec net allongement du périmètre de marche, la possibilité de montée ou descente des escaliers. Ainsi peut-on mener une vie courante normale, et il est même possible de reprendre certaines activités physiques comme la natation, la bicyclette, le golf ... Mais la mise en place d'une prothèse n'a pas pour but la reprise d'activités sportives qui sollicitent trop le genou et qui restent déconseillées pour ne pas compromettre l'avenir de la prothèse.

Les résultats fonctionnels insuffisants (10%), peuvent être dus à une des complications que nous reverrons, mais aussi, en l'absence de complications, àdes douleurs persistantes gênante, àune mobilité insuffisante avec une flexion inférieure à90.

Quels sont les résultats à long terme ? autrement dit, quelle est la durée de vie de ces prothèses ? Le recul actuel de plus de 25 ans, pour les prothèses unicompartimentales et les prothèses àglissement, a confirmé qu'elles pouvaient tenir aussi longtemps. Le risque de détérioration de la prothèse reste cependant proportionnel au temps, et également au poids et àl'activité de l'opéré ; cette détérioration se manifeste habituellement par une usure ou par un descellement, c'est-à-dire par la mobilisation des éléments prothétiques par rapport àl'os sur lequel ils reposent. Des études statistiques (étude de la "survie actuarielle") montrent qu'au bout de 15 ans, 80% à90% des prothèses sont toujours en place. Toutes les prothèses ne tiennent donc pas indéfiniment, mais l'économie de la résection osseuse, observée lors de leur mise en place, rend possible un éventuel changement dans de bonnes conditions techniques.

La chirurgie de la prothèse du genou a bénéficié de plusieurs avancées au niveau des techniques chirurgicales qui permettent de mieux positionner la prothèse et de la prise en charge de la douleur post-opératoire.

Mais une prothèse de genou, aussi performante soit-elle, ne permet pas de retrouver l'articulation que l'on avait à 20 ans.

A l'issue de l'intervention, au moins 80 % des personnes disent aller bien ou très bien, en tout cas beaucoup mieux qu'avant l'intervention.

Certaines positions restent peu confortables avec douleur résiduelle ou survenant aux changements de temps.

Certains facteurs peuvent diminuer les chances de réussite

Revenir au menu Prothèse

Dr. J.E. Perraudin