L'insertion tibiale du lca rompu

Mise à jour le 1 mai 2020

Pour des suites opératoires simples et une bonne stabilité du genou !

 

Ni trop en avant, ni trop en arrière ! 

Le positionnement de l'orifice tibial est fondamental pour la stabilité ultérieure du genou : à la fois le plus anatomique possible et ne provoquant pas de gène à l'extension du genou.

L'objectif final

Sur la photo, ci-contre, il s'agit d'une vue sous arthroscopie de la greffe à la fin de l'intervention. Elle sort du tunnel tibial dans les restes du l'ex ligament croisé antérieur (technique SAMBA). Elle se dirige vers le fond de l'échancrure pour rentrer dans le tunnel fémoral.

Lors de la mise en extension du genou, je vérifie que la greffe (et le tissu restant) ne géne pas l'extension alors que le point rouge tibial se rapproche du point rouge du sommet de l'échancrure.

Revenons au début de l'opération : 

Repèrage sous arthroscopie de l'insertion tibiale du ligament croisé antérieur en s'aidant des fibres restantes du ligament et en sachant que l'insertion se trouve dans le prolongement de la corne antérieure du ménisque externe.

reperage du site d'insertion du ligament croisé antérieur
visée tibiale

Le viseur

Utilisation du viseur pour mettre une broche de 2mm de diamètre

Une fois la broche posée, le viseur est enlevé et le genou doucement mis en extension pour visualiser le positionnement de la broche.

meche en place

Imaginer la position de la greffe

Il faut imaginer que la broche sera remplacée par une mèche de diamètre 5, puis une de 8 puis une de 9 ou 10 selon la taille de la greffe. L'encombrement de la greffe, sortant du tunnel, ne doit pas empêcher l'extension complète du genou.

Continuer l'intervention

Retourner en haut